Burundi: L’opposition déplore la position de Museveni et Magufuli qui condamnent une décision de la CPI «salutaire» pour les victimes.

Sitôt après les déclarations des président ougandais Yoweri Museveni et Tanzanien John Magufuli qui, samedi, ont condamné la décision de la Cour pénale internationale (CPI) autorisant une enquête sur des possibles crimes contre l’humanité commises au Burundi, l’opposition radicale a déploré cette position.

Dans une déclaration publiée ce dimanche soir le Conseil National pour le respect de l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation au Burundi et de l’Etat de droit(Cnared), principale plateforme de l’opposition en exil a en effet déploré «la position des présidents Yoweri Museveni et John Magufuli qui viennent de condamner cette décision, combien salutaire pour le peuple burundais, sans argument valable».

Comme «chaque état partie au statut de Rome l’est à titre individuel», Bujumbura «doit donc répondre seul et lui seul à ses manquements par rapport à ses engagements», a déclaré le Professeur Charles Nditije, président du Cnared. «La Communauté d’Afrique de l’est n’est pas partie du Statut de Rome», a-t-il ajouté.

Plutôt que de s’opposer à cette enquête envisagée par la CPI au Burundi, l’opposition demande aux deux chefs d’état «d’exiger à Pierre Nkurunziza l’arrêt immédiat du projet d’amendement de la constitution en cours qui vise à enterrer définitivement l’accord d’Arusha et qui va marquer un coup d’arrêt définitif à ces pourparlers interburundais».

Elle leur demande en outre de contraindre le président burundais «par tous les moyens à accepter de s’asseoir avec son opposition de manière exclusive et sans conditions ». S’il persiste dans son refus, qu’ils décrètent un embargo économique et sur les armes comme ils l’ont déjà fait par le passé, a déclaré le président du Cnared. Sans cela, « le Burundi risque de sombrer dans des crimes de masse, qui pourraient malheureusement dépasser les frontières burundaises et embraser toute la région», conclut le Cnared.

Samedi, les présidents ougandais Yoweri Museveni et son homologue tanzanien John Magufuli, se sont vivement opposés à la décision de la CPI qui, jeudi, avait déclaré avoir autorisé le Procureur «à ouvrir une enquête sur des crimes relevant de la compétence de la Cour qui auraient été commis au Burundi ou par des ressortissants burundais à l’extérieur de leur pays depuis le 26 avril 2015 et jusqu’au 26 octobre 2017».

Selon le président tanzanien John Pombe Magufuli «cette décision compromet les efforts déployés par la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC), qui a mis en place un comité chargé d’aider à la résolution du conflit burundais, sous la direction du président Yoweri Museveni et de l’ancien président tanzanien Benjamin Mkapa », a déclaré dans le communiqué Gerson Musigwa, chef de protocole à la présidence tanzanienne. Le communiqué précisait, par ailleurs, que même le président ougandais Yoweri Museveni s’est opposé à cette décision de la CPI qui se mêle des affaires de la Communauté d’Afrique de l’Est sans associer ses dirigeants, ce qui compromet les efforts visant à restaurer la paix au Burundi ».

Ce communiqué a fait suite à une rencontre entre ces deux chefs d’états à l’ouest de l’Ouganda. En 2015, la Communauté d’Afrique de l’est avait désigne Museveni, actuel président en exercice de cette organisation, comme Médiateur dans la crise burundaise. Depuis lors, il a été initié à Arusha au nord de la Tanzanie un dialogue entre différents protagonistes dans la crise burundaise. Mais plus de deux ans après, ce dialogue mené aussi sous l’égide de l’ancien président tanzanien Benjamin Mkapa, facilitateur désigné par la CAE, peine à se concrétiser. Bujumbura a toujours refuse de dialoguer avec ses opposants radicaux accusés de déstabiliser les institutions.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

NOUS CONTACTER

Nous ne sommes pas disponible pour le moment mais vous pouvez nous envoyer un courriel et nous nous efforcerons d y repondre dans les plus courts délais. Merci.

En cours d’envoi

©2018 Arnoldlinks 

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?